Projets

Weckmann & Van Wichel: Stadtpfeifersonaten nach dem Westfälischen Frieden

Si Matthias Weckmann (1616-1674) a vécu tous les malheurs de la Guerre de Trente Ans et la reconstruction de l’après-guerre principalement à Dresde et à Hambourg, son contemporain Philippe van Wichel (1614-1675) est resté quasiment toute sa vie, donc aussi pendant la guerre et l’après-guerre, à Bruxelles.

Weckmann a écrit les Sonate à 3 e 4 istromenti pour cornettino, violon, saquebute et dulciane, combinaison sonore spectaculaire et hors commun. De son côté, van Wichel composa les Fasciculus dulcedinis unius, duorum, trium, quator et quinque instrumentorum, qui sont joués ici avec la même instrumentation que les sonates de Weckmann. L’organiste Johann Jacob Froberger (1616-1667), ami de Weckmann qui voyageait notamment à Bruxelles, représente, dans notre programme, le lien entre les compositeurs suscités

L’écrivain Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen était témoin d’exception de cette époque turbulente. Dans son chef d’œuvre, Les Aventures de Simplicius Simplicissimus, il fait une vive description de la guerre et de l’après-guerre. Notre programme inclue des petites lectures du Simplicissimus entre les sonates, qui encadrent la musique dans son contexte historique.

Enregistrement de Josy Peschon à l’église de Soleuvre (Luxembourg) le 30 mars 2019 pendant les répétitions du concert pour le Kulturkrees Celobrium. Presskit: https://fce-lu.com/quatricinia

Sonata prima (M. Weckmann)

Sonata quinta (M. Weckmann)

Sonata ottava (Ph. van Wichel)

La Ciacogna (Ph. van Wichel) – Produktion des Saarländischen
+
Rundfunks (SR): Aufnahme des Konzerts von Quatricinia für die TAMIS
2019. Mit freundlicher Unterstützung des SR.

Simplicissimusikalien

Sur la base de ce projet, Quatricinia et Josy Peschon ont crée la pièce radiophonique en langue allemande Simplicissimusikalien, qui a été reprise par MIXCLOUD.

Le Récit du Captif

Foto A. Kurkowiak

Foto A. Kurkowiak

Le Récit du Captif est un spectacle multidisciplinaire qui combine la musique, la littérature et le théâtre. L’histoire porte sur les chapitres 39 à 41 de L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, de Miguel de Cervantes, dans lesquels le capitaine Ruy Pérez de Viedma raconte à don Quichotte et Sancho Panza ses voyages en Europe, sa participation aux batailles navales de Lépante et de la Goulette et sa captivité à Alger. La narration est en partie autobiographique de la propre vie de Cervantes.

Mais l’axe principal du projet demeure la musique à l’époque de Cervantes. L’ensemble Quatricinia donne une structure musicale à la narration avec des œuvres de la Renaissance espagnole, italienne et française, en empruntant également à la musique méditerranéenne.

Ce projet, créé en 2016 à la Abbaye Neumünster de Luxembourg par Quatricinia avec des acteurs de la compagnie Theatrum et sous la direction de May Sánchez, fut sélectionné pour le Programme officiel du IV centenaire de la mort de Miguel de Cervantes.

Video A. Kurkowiak

L’Histoire des Cuivres

Comment l’homme est-il arrivé à faire de la musique avec une pièce de métal? Cette question universelle est objet d’analyse dans notre projet, avec humeur, beaucoup de musique et des clins d’œil pour le jeune public. Au cours d’une narration, l’évolution des instruments de cuivre est montrée sur scène, dès l’aube de l’humanité jusqu’à notre temps. L’ensemble Quatricinia joue, avec toute une gamme d’instruments, des fragments de compositions musicales à travers l’histoire mondiale. Des projections et des petits accessoires aident le public s’imaginer le contexte historique.

Ce projet était créé dans le cadre des Trombucco – Trumpet Days à Dudelange (Luxembourg).

https://www.youtube.com/watch?v=O2G5i5EWB4c

Video K. Mascher/K. Turner

Du Siècle d’or au Pasodoble

Avec ce programme désigné pour des évènements festifs, Quatricinia ose une combinaison de contrastes musicaux. D’un côté, des mélodies de la Renaissance et du Baroque à l’époque du Siècle d’or espagnol (de la moitié du 16ème à la moitié du 17ème siècle) écrites par des compositeurs comme Juan Hidalgo, Mateo Romero, Martín y Coll et Cristóbal Galán, avec notamment des œuvres conservées dans les collections du Cancionero de Upsala et du Cancionero de Palacio. D’un autre côté, le programme propose une sélection de la musique populaire espagnole, entre autres les fameux pasodobles, en jouant des œuvres de compositeurs comme Antonio Álvarez Alonso et Pascual Marquina. Pour ce programme, Quatricina modernise son instrumentation.